Témoignages personnels et articles de journaux sur la vie de Soeur Mechtilde

« Ah! Si les trottoirs de la cité de Hull et des environs pouvaient parler que de merveilles d’abnégation, de dévouement, de charité inlassable, de compassion envers ses bons amis et ses bienfaiteurs, ils pourraient nous dévoiler de la si humble et si compatissante Soeur Mechtilde. »

Cette page vous présente quelques extraits de divers témoigages et extraits de journaux.. Comme pour la biographie de S. Mechtilde, le texte complet de 9 pages est disponible en PDF

Les gens de Hull fêtent soeur Mechtilde – journal communautaire – 29 octobre 1959

Le 28 octobre 1959, une dame envoyait un gâteau glacé, blanc et rose, sur lequel était écrit : «Bonne fête la révérende Soeur Mechtilde!» Ce gâteau pesait 9 livres. Il n’y avait pas de chandelle, car il en aurait fallu 92. La soirée fut agrémentée par un concert donné par la petite Louise-Marie Trottier de 8 ans, virtuose en violon… La survie de cette enfant avait été confiée à Soeur Mechtilde… Aux parents qui se désolaient de ne pas avoir de famille, notre soeur conseilla de prier, de faire une neuvaine avant la naissance de celle-ci. Ils demeurèrent toujours très reconnaissants à Soeur Mechtilde pour cette faveur obtenue par son intercession.

Témoignage de M.Robert Davis – 28 octobre 1967

À l’occasion de la fête du centenaire de Soeur Mechtilde. M. Davis témoigna lui-même de la guérison de son fils Michel qui ne parlait pas à 5 ans… Aucun spécialiste n’a réussi… Cependant, un lui a dit : « Votre petit garçon ne parlera jamais. » À son travail, M. Davis parla à ses compagnons de son fils Michel. L’un d’eux lui dit : « Va donc voir Soeur Mechtilde. » Soeur Mechtilde, ça ne me disait pas grand’chose et je n’avais pas grande confiance; mais pour mon petit Michel, j’étais prêt à tout faire…
Je suis donc venu voir Soeur Mechtilde; elle s’assit sur un banc et assit Michel à côté d’elle. Elle me dit d’aller à la chapelle et qu’elle parlerait avec lui… Soeur Mechtilde parla avec le petit garçon. Elle lui demanda : Dis Soeur Mechtilde – il dit : Soeur Mechtilde C’est bien! Maintenant, dis papa. – il dit papa; dis maman – il dit maman. Lorsque M. Davis est revenu de la chapelle, Soeur Mechtilde lui dit : « Il parle votre petit garçon, Monsieur! » Elle lui fit dire : Soeur Mechtilde; celui-ci dit : Soeur Mechtilde. M. Davis dit : « Quand je l’entendis, j’ai failli écraser. » M. Davis dit : « J’ai été tellement surpris que je n’étais pas capable de parler. J’ai remercié Soeur Mechtilde et je suis reparti avec mon petit Michel. »

Soeur Mechtilde fête ses 100 ans – 28 octobre 1967 (article dans LeDroit – paru à l’occasion du centenaire de soeur Mecthilde : le 28 octobre 1967)

Elle a fêté l’an dernier son jubilé diamant de vie religieuse. Elle a passé plus de la moitié de sa vie à solliciter des aumônes et à visiter des pauvres dans Hull. Son nom est très connu, mais son surnom… peut- être encore plus : « la soeur aux chapelets » … Aujourd’hui, soeur Mechtilde fête son centenaire… En tant que « Soeur Sortante », la religieuse centenaire est très bien connue dans la région de Hull et des milliers de personnes ont pu bénéficier de sa bonne humeur…
…Soeur Mechtilde, de son vrai nom – Marie-Antoinette Beaulac – est née à St-Antoine-de-Longueuil, le 29 octobre 1867….Elle a passé 58 ans de sa vie religieuse à parcourir les rues de Hull à la recherche d’aumônes, en partie pour les sœurs, ses compagnes, et en partie pour les familles défavorisées de la ville… « Après la messe, dit-elle, je m’habillais et je visitais les familles. »
Puis. un jour, il a fallu arrêter cela: « Parce que je ne suis plus capable », dit la religieuse… Soeur Mechtile avait alors 90 ans. De sortante qu’elle était, elle allait devenir une sœur cloîtrée à l’instar de plusieurs de ses compagnes…
Son passé de « quêteuse », elle en est encore très fière aujourd’hui. Elle ne parle pas sans émotion des personnes qui l’ont aidée, elle, sa communauté et ses familles pauvres. « Je n’ai jamais eu de misère », dit-elle. Pourtant ses intimes affirment qu’elle a eu, depuis toujours, mal aux jambes. C’était même un problème pour elle de décider, avant sa tournée, quels souliers elle allait garder.
…Elle lit et conserve en son coeur le souvenir des choses agréables et moins agréables qu’elle a vécues…
Dimanche, Mgr Paul-Émile Charbonneau, évêque de Hull, célébrera une messe à dix heures de la matinée, en la chapelle, Servantes de Jésus-Marie, à Hull. Par la suite, un groupe de bienfaiteurs et d’amis de la dévouée religieuse organiseront un goûter et une réception au couvent.

Une centenaire au service de Dieu

Plus de 1,500 personnes se sont rendues au Cloître de Hull pour lui offrir des bons voeux… Sa devise: « S’AIMER, SE PARDONNER, S’ENDURER ET SE VÉNÉRER; C’EST ÇA LA VIE! »
Cette phrase comporte peut-être sa recette de longévité. On pourra voir des images de ces fêtes au programme « Sur le vif », au poste de télévision CBOFT, mardi soir à six heures.

Article du journal la presse de Montréal, Jules Béliveau -1er septembre 1984 (à l’occasion de la visite de Jean-Paul II, le 19 septembre 1984)

Soeur Mechtilde… Tous ne l’ont pas connue, mais on peut dire que presque tous la connaissent! …Elle fut pendant longtemps un personnage marquant dans la petite histoire de la vie quotidienne de Hull…
Partout, on l’arrêtait pour lui demander de faire prier les soeurs cloîtrées… Et elle qui ne savait jamais dire des phrases complètes, consolait et encourageait. À la demande de mères de famille éplorées, elle allait chercher des hommes à la taverne. Et les quelques mots qu’elle leur adressait doucement les faisaient parfois pleurer.
Lorsque les policiers voyaient venir soeur Mechtilde, ils arrêtaient la circulation des automobiles. À une religieuse qui l’accompagnait et qui lui disait: « C’est la lumière rouge, on ne peut pas traverser », Soeur Mechtilde répondait: « Ma petite soeur, ça fait assez longtemps que je sors, je sais quand il faut traverser. »
… Soeur Mechtilde que tout le monde aimait, est morte de vieillesse, en odeur de sainteté. Et encore aujourd’hui, sa photo est publiée dans le journal Le Droit et on lit au-dessous : »REMERCIEMENT POUR FAVEUR OBTENUE ».
Selon l’Évêque de Gatineau-Hull, Mgr Adolphe Proulx, qui regrette de ne pas avoir connu personnellement la petite religieuse, il est juste de dire que si «l’Église n’a pas béatifié soeur Mechtilde, le peuple, lui, l’a fait.»

Soeur Mecthilde et son sourire – 15 septembre 1984 (article dans le droit – par Gisèle Goudreault : le 15 septembre 1984 à l’occasion de la visite de Jean-Paul II)

Il ya encore probablement plusieurs HulIois qui se souviennent d’elle: «La vieille soeur Mechtilde, avec son grand sac noir et son sourire doux et paisible»… Elle laissait transparaître et rendait presque visible, sa belle âme pleine d’exquise et délicate charité.
C’est par elle que les gens de Hull ont appris à connaître les Servantes de Jésus-Marie.
… Plus personne après elle n’a fait le tour des rues de Hull pour recueillir les dons des gens. Mais comme elle, les petites soeurs du couvent de la rue Laurier, continuent de recueillir les secrets de joie, de peine, de souffrance de toutes sortes que les gens leur apportent, en même temps souvent qu’un peu de sel ou de beurre.
Il y a même à l’entrée de la chapelle du couvent une liste d’intentions que les religieuses vont consulter lorsqu’elles arrivent à la chapelle, car les gens leur téléphonent ou viennent les visiter pour leur demander de prier pour eux…
LEUR BUT : La prière pour les prêtres constitue une des obligations fondamentales de leur vocation… elles font une oblation spéciale de toute elle-même qui consiste «à ne refuser aucun sacrifice dans le but particulier d’obtenir aux prêtres les grâces qui font les grands saints, et au monde la réalisation du grand désir de Jésus: l’unité».
… Contemplatives et cloîtrées. les Servantes de Jésus-Marie vaquent avant toute chose à l’adoration du Saint-Sacrement toujours exposé….

Témoigage de Mme Ida Abbott – 19 septembre 1984 (Extrait d’un article du journal Le Droit, par Gisèle Goudreault à l’occasion de la visite du St-Père, le 19 septembre 1984.)

Je me rappelle, dit-elle, alors que j’étais adolescente, avoir fait les rues du vieux Hull en compagnie de Soeur Mechtilde pour quêter des «petits biscuits cassés, des fruits et des légumes attaqués»,… aussi avoir passé la quête du charbon qui avait lieu une fois par année pour assurer que les religieuses puissent avoir de quoi se chauffer l’hiver.

Témoignage de Mme Huguette Paradis – 18 juin 2011

J’étais secrétaire réceptionniste au Bureau des comptables Fortier, Marchand et Boulanger. Soeur Mechtilde y venait régulièrement. Sa venue était une joie et un réconfort pour moi. Dès qu’ils la voyaient, les comptables lui remettaient un bon chèque dans son sac.
Soeur Mechtilde possédait un charisme très fort qui attirait à elle… Elle était d’une grande beauté spirituelle. On la voyait venir de loin. Elle avait toujours un beau sourire et était très chaleureuse lorsqu’elle parlait avec les gens… Jésus se reflétait en elle. C’est une sainte!