Mgr Charles Dufour, Aumônier des Servantes de Jésus-Marie

ANNÉE DE LA MISÉRICORDE

HOMÉLIE : 27 Avril 2016

CÉLÉBRATION D’ACTION GRÂCE POUR LE JUBILÉ DE MGR JEAN-CHARLES DUFOUR
ET 5 DE NOS SOEURS

( Colossiens 3, 12-17; Jean 15, 9-17 )

 

« Par des psaumes, des hymnes et des chants inspirés, chantez à Dieu, dans vos cœurs, votre reconnaissance ».
C’est ce que nous voulons faire ce matin dans notre célébration en soulignant plusieurs anniversaires :

 

un jubilé de platine, 70 ans de profession religieuse pour S. Marie-Madeleine de la Trinité;

 

trois jubilés de diamant, 60 ans de profession religieuse pour S. Saint-Paul-de-la-Croix, S. Françoise-du-St-Sacrement et S. Gabrielle Paquet;

 

deux jubilés d’or, 50 ans de profession religieuse pour S. Françoise-de-l’Eucharistie et 50 ans d’ordination sacerdotale pour votre père aumônier.

 

Vous avez remarqué : métaux précieux, platine et or, pierre précieuse, le diamant. Je pense bien qu’on a raison de les associer à des jubilés.

 

Quand on arrive à notre jubilé, on ne peut pas faire autrement que jeter un regard sur le passé : ce qui nous a amenés à choisir notre état de vie, les personnes qui nous ont marqués, les lieux où nous avons vécus, les tâches que nous avons exercées, les événements heureux et malheureux qui ont jalonné notre vie, événements parfois inattendus qui étaient autant de surprises.

 

Et on finit par être dans l’étonnement. On en arrive à prendre conscience qu’on n’était pas tout seul pendant tout ce temps, qu’il y avait Quelqu’un avec nous, que l’Esprit de Jésus nous habitait, qu’il nous travaillait de l’intérieur, qu’il ne cessait de nous appeler à poursuivre la route, à marcher à la suite de Jésus. Et alors, on arrive à se dire que c’est un vrai miracle d’être ce qu’on est aujourd’hui.
« Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vus partiez, que vous donniez du fruit, et que votre fruit demeure. »

 

Si on fait une addition, ça donne 350 ans de vie. 350 ans pendant lesquels nous avons entendu Jésus nous dire :
« Je vous appelle mes amis, ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. »

 

Pendant toutes ces années, nous avons cherché à répondre à l’invitation de Jésus qui nous invitait à porter du fruit. Pendant toutes ces années, nous avons cherché à faire en sorte que nos gestes et nos paroles soient faits au nom du Seigneur Jésus. Pendant toutes ces années, le Seigneur nous a appris de plus en plus à aimer comme lui nous aime, et à pardonner comme lui nous a pardonné. Pendant toutes ces années, nous avons pris conscience des promesses du Seigneur. Pendant toutes ces années, par Jésus, nous avons offert notre Action de grâce au Père en célébrant l’Eucharistie.

 

Pendant toutes ces années, et en ce jour de fête de sainte Zita, vous avez cherché à être fidèle à l’esprit de votre Mère Fondatrice, Mère Marie-Zita-de-Jésus qui a vécu « Une vie livrée dans l’amour, jusqu’au bout ».
« Qu’il me soit permis, disait-elle, d’être seulement la servante de mes sœurs. » « Mère attentive et délicate, modèle de courage et de foi, servante dans la force du terme, rayonnant dans tout son être la présence de Jésus, qu’elle adore avec tant de joie et d’amour sous le voile de l’Hostie.

 

Ce qui m’a frappé à la première lecture des textes, c’est la dimension communautaire qui y était présente :
“Revêtez votre cœur de tendresse et de bonté, d’humilité, de douceur, de patience… Supportez-vous mutuellement et pardonnez si vous avez des reproches à vous faire.” “Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés”,
et il y en a plusieurs autres.

 

C’est vrai qu’un jubilé, ça ne peut pas se fêter tout seul, ça se fête ensemble, en communauté. J’en ai célébré chaque année en paroisse. Ce sont les enfants, parfois secondés par des oncles ou des tantes qui mettaient tout en œuvre pour célébrer les noces d’or de leurs parents. Et pourquoi le faisaient-ils? Pour dire à leurs parents comment ils étaient heureux de les avoir encore avec eux, heureux de leur fidélité. Je pense qu’on peut dire la même chose de nos jubilaires aujourd’hui en chantant à Dieu notre reconnaissance. Et puis aussi pour dire merci à leurs parents, merci de tout ce qu’ils avaient fait pour eux pendant des années. Nous aussi, nous sommes là aujourd’hui pour dire merci en rendant grâce à Dieu notre Père. Et puis, les enfants veulent encore à l’occasion de noces d’or souhaiter encore beaucoup de bonheur à leurs parents. Nous faisons la même chose en empruntant les paroles de Jésus :
“Et que, dans vos cœurs, règne la paix du Christ”, “Pour que ma joie soit en vous et que vous soyez comblés de joie.”

 

Double fête aujourd’hui! La communauté se réjouit de tout ce qu’elle vous a donné! Elle se réjouit de tout ce que vous lui avez donné.
“Par des psaumes, des hymnes et de libres louanges, chantez à Dieu, dans vos cœurs, votre reconnaissance.”