Dans l’éternelle Présence

 

 

Notice de S. Françoise Lachapelle, sjm   (S. M-Françoise-Thérèse)

 

Décédée le 23 décembre 2017 à l’âge de 84 ans

«Toujours plus dans le Cœur de Jésus, mon unique Amour

 

Décès et S. Notice Françoise Lachapelle, sjm. (S. Marie-Françoise-Thérèse)

Au jour de l’envol au paradis de sœur Françoise, la liturgie nous faisait entendre cette invitation: « Voici que je me tiens à la porte et je frappe. Si quelqu’un m’ouvre, j’entrerai chez lui, je prendrai mon repas avec lui et lui avec moi » (Ant. de communion). Après une longue attente, ce 23 décembre 2017, sœur Françoise  répond à l’invitation de l’Époux d’entrer dans la Vie.

 

Le premier jour de l’été 1933, soit le 21 juin, la petite Françoise voit le jour à la paroisse Saint-Louis-de-Terrebonne. Elle s’insère donc dans une nombreuse famille qui comptera 13 enfants. Elle devient l’enfant chérie du bon Dieu par le saint baptême, le jour  même et reçoit les noms de Marie, Albina, Françoise, Pierrette. Son Jésus Hostie la visite pour la première fois, le 13 mai 1941. Le lendemain, elle est confirmée des mains de Mgr Joseph Charbonneau, archevêque de Montréal.

 

Achille Lachapelle et dame Emma Payette sont les heureux parents de ce foyer accueillant. La foi est l’héritage le plus précieux qu’ils ont transmis à leurs enfants. Le papa exerce la fonction de policier; la maman est une épouse accomplie, vaillante et généreuse.

 

Françoise dit avoir fait ses études au couvent de Terrebonne jusqu’à la 8e année. Elle a entrepris sa 9e année, mais ne l’a pas complétée. Dotée de nombreux talents, elle a quelques connaissances de l’anglais, de la musique et du dessin. Elle possède une belle voix, aime le travail à la main, tricot, broderie, etc.

 

Depuis sa première communion, elle garde dans son cœur un beau grand secret : celui de consacrer sa vie à Jésus qu’elle aime beaucoup. Ayant atteint ses 17 ans,  elle pense à réaliser   son beau rêve. Le papa  la trouve pourtant trop jeune. Son accompagnateur spirituel vient plaider sa cause et aider à obtenir le consentement des parents. Selon lui, Françoise possède les qualités requises pour faire une très bonne religieuse. Son goût du silence et de la prière lui permettra de s’adonner  facilement  à une vie d’adoration et d’immolation.

 

La décision est prise. Elle entre au monastère des Servantes de Jésus-Marie le 21 novembre 1950. Elle y prend l’habit le 24 mai 1951, sous le nom de S. Marie-Françoise-Thérèse. Elle fait profession  le 24 mai 1953 et scelle son alliance définitive avec le Christ, le 24 mai 1956. Le cierge de son oblation s’allume pour se consumer, jour après jour, jusqu’au 23 décembre 2017.

 

Croix et joies s’entremêlent tout au cours de sa vie religieuse. Sa santé fragile ne l’empêche pas de remplir fidèlement son service d’adoration de jour et de nuit. Elle demeure aussi toujours accueillante à toutes les obédiences qu’elle reçoit, soit pour les emplois, soit pour un changement de monastère. Ses principaux emplois sont la confection des hosties, la formation des petits enfants de chœur dans laquelle elle excelle, l’accueil, l’infirmerie, etc. Elle prêtait aussi, volontiers, sa voix pour l’exécution du chant  liturgique.

 

Sœur Françoise s’est toujours montrée très respectueuse envers l’autorité, reconnaissante envers ses mères-servantes pour toutes les attentions maternelles dont elles l’ont entourée. Après une obédience, elle écrivait : « Me voilà en route pour exécuter les desseins providentiels de Dieu sur moi. C’est sa volonté que j’accomplis pour la gloire de Dieu, la sanctification des prêtres et de toute la sainte Église. J’essaierai d’en témoigner ma reconnaissance à notre Père des cieux. Je désire entrer toujours plus dans le Cœur de Jésus, mon unique Amour ! »

 

Sœur Françoise célébrera ses 25, 50 et 60 ans de vie consacrée au Seigneur.  Elle écrira : « Événements radieux que ces années vouées à la louange et à l’adoration. Je puis chanter, avec Marie : «  Mon âme exalte le Seigneur, le Seigneur fit pour moi des merveilles.»

Et les années passent ; le 16 février 2005, notre sœur Françoise est appelée à poursuivre sa marche vers la sainteté à notre infirmerie. La maladie d’Alzheimer s’intensifiant, son état requiert des soins spécialisés qu’il est impossible de lui procurer ici. Le 21 novembre 2007, l’Époux l’appelle à une configuration plus parfaite avec Lui. Les sœurs de la Charité d’Ottawa l’accueillent à leur infirmerie du Mont St-Joseph afin qu’elle puisse bénéficier des soins particuliers dont elle a besoin. Nous devons une grande reconnaissance à nos bienfaitrices qui ont su l’entourer de tant d’amour et lui procurer des soins de qualité.

 

C’est toujours avec joie que l’une ou l’autre d’entre nous se rend la visiter et prendre de ses nouvelles. Le 13 décembre, on nous prévient que notre sœur va moins bien. Le 15, elle reçoit l’onction des malades par Mgr Vincent Cadieux. Nos sœurs Denise et Murielle y assistent. Le 20, sœur Denise y fait une dernière visite, accompagnée de sœur Cécile. Le 22, Mgr Luigi Bonazzi, Nonce apostolique, en visite au Mont-St-Joseph, lui accorde une paternelle bénédiction. Nous sommes donc dans l’attente de ce  passage du Seigneur, considérant que la configuration de notre sœur Françoise à son divin Époux est maintenant accomplie.

 

C’est donc le 23 décembre, que s’effectue  la  rencontre avec Celui qu’elle a aimé de tout son cœur. La certitude qu’elle est entrée dans la joie de son Seigneur nous est un doux réconfort.

 

Notre sœur Françoise était âgée de 84 ans, dont 66 ans de vie religieuse. La liturgie des funérailles est présidée par Mgr Jean-Charles Dufour, notre aumônier, le 28 décembre. Quelques membres de sa famille y sont présents afin de lui rendre un dernier hommage. L’inhumation au Cimetière Notre-Dame suit immédiatement.  Texte de l’homélie

 

 

Seigneur, ouvre à notre sœur ta maison de lumière et de paix !