Dans l’éternelle Présence

 

 

Notice de S. Marie-de-Massabielle, sjm   (Françoise Boulais)

 

Décédée le 28 janvier 2018 à l’âge de 86 ans

« Venez, crions de joie pour le Seigneur, acclamons notre Rocher, notre salut;

 

allons jusqu’à Lui en rendant grâce. »

(Ps. 94)

 

À l’aube de ce beau dimanche ensoleillé, 28 janvier 2018, le cœur de sœur Marie-de-Massabielle a dû s’approprier ce verset de psaume que nous faisait chanter la liturgie. Après deux semaines de maladie seulement, l’époux passe doucement cueillir pour son Paradis de gloire notre bien-aimée sœur Marie-de-Massabielle. Le Seigneur est le Dieu des surprises; nous ne pouvions nous attendre à un dénouement aussi rapide.

 

C’est dans la paroisse Ste-Anne d’Ottawa, le 30 novembre 1931, que la petite Françoise ouvre les yeux à la vie, au foyer béni de M. Onésiphore Boulais et de dame Alice Marquis. Elle est la benjamine d’une famille de 12 enfants. C’est dire qu’elle sera bien entourée et choyée par ses parents, ainsi que par les 6 frères et les 5 grandes sœurs qui l’ont devancée. Le 6 décembre 1931, elle devient l’enfant chérie du Bon Dieu par le Saint Baptême, sous les noms de Marie, Élisabeth, FRANÇOISE. Elle reçoit les dons de l’Esprit Saint par la confirmation le 17 mai 1938 et son Jésus-Hostie pour la première fois le lendemain, 18 mai 1938.

 

Sœur Marie-de-Massabielle est une personne tellement effacée et discrète qu’il n’est pas facile d’en dresser le portrait. Émule de notre chère Mère Fondatrice, on la compare à la petite violette des vallées qui se cache sous les grandes herbes. Jamais elle ne parle d’elle-même, de sa famille, de son passé, de ses charges antérieures. Comme Marie, elle essaie toujours de passer inaperçue. Elle ne cherche pas à faire valoir ses talents. Pourtant, elle en est abondamment pourvue.

 

Nous savons, cependant, que Françoise vécut sa petite enfance à Ottawa où elle goûte à plein la sécurité et la joie d’un nid familial imprégné de chaude affection et de sens chrétien. D’après le questionnaire rempli au moment de son entrée au monastère, elle dit avoir fait ses études au Pensionnat Notre-Dame du Sacré-Cœur de la rue Rideau. Elle possède 13 ans d’étude, obtient son certificat d’École normale (Upper School) d’Ottawa.  Elle connaît bien l’anglais et fit aussi des études en latin.

 

Françoise a 23 ans lorsqu’elle entreprend ses démarches en vue d’être admise dans la Congrégation des Servantes de Jésus-Marie. Depuis un an, elle songe sérieusement à la vie religieuse. Elle en indique les principaux motifs : « pour répondre à l’appel de Dieu, qui a bien voulu me choisir parmi ses servantes et pour assurer mon salut personnel ». Le 21 novembre 1955, elle y fait son entrée. Elle revêt la livrée des Servantes de Jésus-Marie le 24 mai suivant et prend le nom de Sœur Marie-de-Massabielle. Elle prononce ses premiers vœux le 24 mai 1958, et se consacre définitivement à Jésus le 24 mai 1961. Sa vie étant offerte en faveur des prêtres, l’ordination sacerdotale de son neveu, l’Abbé Jacques Poirier, le 11 juin 1965, remplit son cœur de joie. Elle le portera dans sa prière quotidienne devant Jésus-Hostie.

 

Sœur Marie-de-Massabielle nous apparaît comme une fervente religieuse, ne cherchant qu’à plaire à Celui que son cœur aime. D’une grande fidélité et exactitude en tout, son service divin est rempli généreusement et avec régularité.

 

En vie communautaire, sa délicatesse, sa discrétion et sa qualité d’écoute, en fait une compagne aimable et de contact facile. Ayant fait partie des Guides avant son entrée, elle sait amuser ses sœurs lors des récréations par des chants et saynètes. Elle est un pince-sans-rire.

 

Notre chère sœur exerce ses talents particulièrement dans le travail de l’économat. Personne réfléchie, méthodique, douée d’une intelligence supérieure, elle est très appréciée de l’économe générale.

 

Sœur Marie-de-Massabielle a rempli la charge d’assistante à plusieurs niveaux. Les sœurs voient en elle une collaboratrice, animée d’un grand amour de la Congrégation, coopérant, avec sa mère-servante avec tact et discrétion, pour le plus grand bien de la communauté.

 

Pourtant, tout n’est pas facile dans la vie de notre sœur. Sa santé fragile est la croix qu’elle porte au jour le jour. Elle aime beaucoup sa vocation, cependant les exigences du quotidien lui pèsent; elle se dit sans force et sans énergie. Le 18 octobre 1974, elle subit une chirurgie pour cancer qui n’eut pas de récidive.

 

Le 16 janvier 2018, au cours de la nuit, elle est souffrante et mal en point. Elle est conduite en ambulance au CHVO de Hull. On réussit à la soulager. Tout heureuse, elle nous revient le 18 janvier. Le bien-être est de courte durée. Le 20 janvier, elle y retourne pour se faire dire que le médecin ne peut plus rien faire pour elle. Elle est mise aux soins palliatifs. Elle nous revient donc le 23 janvier. Mère Marie-du-Bon-Pasteur, mère-servante générale, la met délicatement au courant de son état. Sœur Marie-de-Massabielle accepte ce nouveau passage du Seigneur Jésus dans sa vie toute consacrée à l’Eucharistie et au sacerdoce. Sous le regard de l’Immaculée, elle se prépare à l’ultime rencontre  avec le Bien-Aimé, dans la paix, le recueillement et le silence. Le 28 janvier à 7h. 20, elle part célébrer au Ciel son 60e anniversaire d’alliance avec l’Époux.

 

Notre sœur Marie-de-Massabielle était âgée de 86 ans, dont 61 ans de vie religieuse. La liturgie des funérailles est présidée par son neveu, l’abbé Jacques Poirier, assisté de notre aumônier, Mgr Jean-Charles Dufour, le 05 février 2018. Plusieurs membres de sa famille y sont présents afin de lui rendre un dernier hommage. L’inhumation au Cimetière Notre-Dame suit immédiatement.

 

 

Seigneur, ouvre à notre sœur ta maison de lumière et de paix !