1er DIMANCHE DE L’AVENT

En ce 29 novembre 14h 30, la cloche réunit la communauté pour uneS. Cécilia-de-la-Trinité allume le cierge symbolique à 3 flammes rencontre spéciale. Dès l’entrée dans la salle, un visuel très significatif capte notre attention et nous place dans une atmosphère de recueillement et de joie. Et disons-le, un visuel en marche, puisqu’il s’enrichira de semaine en semaine et remplacera la crèche traditionnelle.

La rencontre vise à préparer nos cœurs à entrer dans la nouvelle année liturgique, mais en même temps, à accueillir joyeusement l’Année de la vie consacrée, annoncée par notre bien aimé Pape François, cadeau de notre Seigneur Époux, don pour nous et pour toute l’Église.

Pour nous mettre en chemin, Mère Marie-du-Bon-Pasteur a pensé prendre un bon moment ensemble pour savourer le message reçu de Mgr Luigi Bonazzi, nonce apostolique au Canada. « Un temps pour se soucier de ses vocations » (en cinq actions concrètes) par Mgr Luigi Bonazzi – Texte intégral

Notre Mère nous met au courant des diverses activités prévues pendant cette année de grâce. Elle fait aussi appel à toutes les suggestions qui pourraient enrichir ce précieux temps qui nous est offert.

L’Année de la vie consacrée sera un moment important pour « évangéliser » notre propre vocation et témoigner de la beauté de la sequela Christi.

Le Cardinal Joâo Braz de Aviz, Préfet de la Congrégation pour les religieux, nous invite à demeurer des femmes d’espérance, une espérance qui ne se fonde pas sur nos propres forces, mais sur Celui en qui nous avons mis notre confiance. Empruntant le vœu du Saint-Père, elle nous souhaite une année féconde qui nous conduise à devenir de plus en plus des « icônes vivantes du Dieu trois saint ».

Pour terminer cette rencontre, notre Sœur Cécilia-de-la-Trinité est invitée à allumer le cierge symbolique à 3 flammes, symbole de notre oblation à Jésus Prêtre et Hostie. Puisse-t-elle témoigner à ses frères et sœurs vietnamiens « qu’il est beau de suivre Jésus » du Pape François.

Et nous chantons avec l’enthousiasme d’une ferveur renouvelée:

« Suivre Jésus, être ses témoins, sur les chemins de l’Évangile; présence d’amour, signe d’espérance, au cœur de notre monde : voilà notre don de chaque jour! »

 

 

2e DIMANCHE DE L’AVENT

Aujourd’hui, 6 décembre, nous nous réunissons à nouveau pour une 2e étape de l’Avent/ Année de la vie consacrée.Le Pape François nous oriente afin que chaque famille religieuse profite pleinement de cette Année de grâce. Comme premier objectif, il propose de REGARDER LE PASSÉ AVEC RECONNAISSANCE.

Notre visuel nous ramène, ce soir, au tout début de notre histoire sainte communautaire. Une maquette nous permet de visualiser l’Étable du Petit Jésus de Masson qui fut le berceau de notre œuvre. Elle fut réalisée avec perfection par M. Olivier Normand, frère de notre S. Zita-de-la-Croix, en 1935. Le plan avait été donné par l’une de nos Mères, cofondatrice, Mère Marie-Véronique.

Il y a 120 ans…

Le 10 décembre 1894, donc il y a 120 ans, notre Mère Fondatrice, Mère Marie-Zita-de-Jésus, prenait possession de ce qui fut notre premier monastère, l’Étable du Petit Jésus. Dans le décor, une servante la représente, ainsi que chacune de nous qui y avons cueilli l’étincelle inspiratrice, afin d’en perpétuer le charisme.

La bougie symbolique à trois flammes étant allumée, nous est présenté un extrait de la lettre du Pape François, pour l’ouverture de l’Année de la vie consacrée.

[…] “Le premier objectif est de regarder le passé avec reconnaissance. Chacun de nos Instituts vient d’une riche histoire charismatique. À ses origines est présente l’action de Dieu qui, dans son Esprit, appelle certaines personnes à la suite rapprochée du Christ, à traduire l’Évangile dans une forme particulière de vie, à lire avec les yeux de la foi les signes des temps, à répondre avec créativité aux nécessités de l’Église.

Au cours de cette Année, il sera opportun que chaque famille charismatique se souvienne de ses débuts et de son développement historique, pour rendre grâce à Dieu qui a ainsi offert à l’Église tant de dons qui la rendent belle et équipée pour toute œuvre bonne (cf. Lumen gentium, n. 12).

Raconter sa propre histoire est indispensable pour garder vivante l’identité, comme aussi pour raffermir l’unité de la famille et le sens d’appartenance de ses membres. Il ne s’agit pas de faire de l’archéologie ou de cultiver des nostalgies inutiles, mais bien plutôt de parcourir à nouveau le chemin des générations passées pour y cueillir l’étincelle inspiratrice, les idéaux, les projets, les valeurs qui les ont mues, à commencer par les Fondateurs, par les Fondatrices et par les premières communautés. C’est aussi une manière de prendre conscience de la manière dont le charisme a été vécu au long de l’histoire, quelle créativité il a libérée, quelles difficultés il a dû affronter et comment elles ont été surmontées. ” – Extrait de la Lettre Apostolique du Pape François – Texte intégral

Après un court moment de silence, pour répondre à l’invitation du St-Père, écoutons un extrait de notre Père Fondateur en date du 10 décembre 1908 : Ce bon Père ne se lasse jamais de nous parler de Jésus et de Marie et de nous stimuler dans notre vocation eucharistique et d’oblation en faveur du sacerdoce :

« Je veux affermir ma vocation en me reportant au berceau de ma communauté puisque c’est aujourd’hui l’anniversaire de l’entrée de notre Vénérée Mère Fondatrice dans la petite étable, anniversaire de la toute première origine temporelle de cet institut. Et cette fête, il plaît à notre bonne Mère que nous la célébrions tous les ans, afin que nous nous pénétrions mieux de notre sainte vocation et que nous puissions dire avec saint Bernard: Pourquoi suis-je venue ici? Pourquoi suis-je entrée dans cette maison de Nazareth, dans cette maison de l’humble charpentier? 

Nous sommes dans la maison de Nazareth. Marie a voulu que cette maison devienne la nôtre, elle a marqué sa volonté en permettant l’entrée de notre Mère Fondatrice dans l’étable, en ce jour. Elle a voulu que ses filles fussent appliquées à reproduire en elles la vie de Jésus, l’état de victime de Jésus. Et Jésus est ici réellement présent comme il l’était à Nazareth; Jésus vit au milieu de nous.

N’est-ce pas, mes chères filles, que notre bonne Maman a grandement soin de vous dans sa maison? Avec quelle sollicitude elle veille sur vous, et quelle nourriture abondante elle vous donne. C’est son Jésus que tous les jours, elle vous offre. Ce Jésus que Marie vous donne si libéralement, qu’elle veut nourrir et faire grandir en vous, il faut qu’à votre tour, vous le nourrissiez et le fassiez grandir dans les âmes des prêtres par vos prières et vos sacrifices, par votre immolation de tous les jours. En travaillant spirituellement à la sanctification des prêtres, vous ferez naître Jésus dans un grand nombre d’autres âmes; vous lui préparez les voies, comme l’église ne cesse de le répéter dans ce saint temps de l’Avent. »

 

En terminant, il nous est bon de rendre grâce à Dieu, par le chant Jubilate Deo :

« De tout cœur, chantez-Lui un cantique nouveau;
Le Seigneur bénit la maison qu’Il s’est choisie.
Que nos cœurs soient remplis de confiance et de joie,
Car nous avons cru à l’Amour du Dieu vivant. »

 

Selon que nous le propose le thème de l’Avent 2014 : ACCUEILLONS SA BIENVEILLANCE!

 

 

3e DIMANCHE DE L’AVENT

“LÀ OÙ IL Y A LES CONSACRÉS (ES), IL Y A LA JOIE.”

Unies à Marie et Joseph, nous poursuivons joyeusement notre route vers Bethléem, sous le regard bienveillant de Dieu.

En plus du cierge symbolique allumé, du Livre de la Parole, de l’Étable du Petit Jésus, notre visuel nous présente ce soir le BERCEAU où sera déposé l’Enfant-Dieu. Préparons nos cœurs à ACCUEILLIR SA BIENVEILLANCE. Oui, viens Seigneur Jésus!

 

Un texte du Pape François nous interpelle : « Qu’est-ce que j’attends… »

[…] « Que soit toujours vrai ce que j’ai dit un jour : « Là où il y a les religieux il y a la joie ». Que nous soyons appelés à expérimenter et à montrer que Dieu est capable de combler notre cœur et de nous rendre heureux, sans avoir besoin de chercher ailleurs notre bonheur ; que l’authentique fraternité vécue dans nos communautés alimente notre joie ; que notre don total dans le service de l’Église, des familles, des jeunes, des personnes âgées, des pauvres, nous réalise comme personnes et donne plénitude à notre vie. » – Extrait de la Lettre Apostolique du Pape François – Texte intégral

 

Nous poursuivons par un temps de méditation : « Dans le monde, il y a souvent un déficit de joie. Nous ne sommes pas appelées à accomplir des gestes extraordinaires ni à proclamer des paroles retentissantes, mais à témoigner de la joie qui vient de la certitude de se sentir aimées, de la confiance d’être sauvées. »

Un bon moment de silence nous permet de nous laisser envahir par cette joie promise par Jésus. Notre intercession prend une dimension universelle pour y rejoindre tous les consacrés (es) du monde, ainsi que les jeunes que le Seigneur appelle encore à sa suite. Seigneur, répands sur nous ta bienveillance!

 

En prière finale :
« Seigneur-Jésus, notre joie jaillit de la source de ton cœur débordant. En ce temps de l’Avent, garde-nous éveillées et vigilantes pour nous hâter à ta rencontre. Toi qui règnes avec le Père et le Saint-Esprit pour les siècles des siècles. Amen »

 

Le chant Aube nouvelle conclut notre célébration :

« Aube nouvelle, dans notre nuit,
Pour sauver son peuple, Dieu va venir.
Joie pour les pauvres, fête aujourd’hui :
Il faut préparer la route au Seigneur. » (E130)

 

 

4e DIMANCHE DE L’AVENT

“À CÔTÉ DE MARIE, LA JOIE SE RÉPAND; LE FILS QU’ELLE PORTE DANS SON SEIN
EST LE DIEU DE LA JOIE, DE L’ALLÉGRESSE CONTAGIEUSE.”
– Pape François

Les premières semaines de l’Avent ont porté notre regard sur Isaïe et Jean-Baptiste. En ce 4e dimanche, nous sommes invitées à contempler Marie. Notre visuel, qui s’enrichit à chacune de nos célébrations, nous transporte ce soir à l’étable de Bethléem, sur le terrain même de l’Étable du Petit Jésus déjà toute illuminée dans l’attente de la naissance de l’Emmanuel, car Il vient! Il est tout proche, maintenant! Réunies au pied de la crèche, nous nous mettons à l’écoute de notre bien-aimé Saint-Père François, comme nous aimons toujours le faire.

« Je confie à Marie, la Vierge de l’écoute et de la contemplation, la première disciple de son Fils bien-aimé, cette Année de la Vie Consacrée. C’est Elle, la fille bien-aimée du Père et revêtue de tous les dons de la grâce, que nous considérons comme modèle » – Extrait de la Lettre Apostolique du Pape François – Texte intégral

« Marie, la femme qui contemple le mystère de Dieu dans le monde et dans l’histoire, femme diligente pour aider les autres promptement (cf. Lc 1, 39), et, pour cela, modèle de tout disciple-missionnaire, nous accompagne en cette Année de la vie consacrée que nous plaçons tout entière sous son regard maternel. » – Extrait de la Veillée de prière à Sainte-Marie-Majeure à Vêpres du 1er Dimanche de l’Avent – Texte intégral

 

Un bref temps de silence nous permet de l’intérioriser. La lecture de quelques extraits de nos Constitutions vient nous rappeler la place essentielle de Marie dans la vocation d’une S.J.M. C’est toujours interpellant et bon à entendre :

À l’Annonciation, la Vierge Marie, accueillant dans son coeur et dans son corps le Verbe de Dieu, devint la Mère Marie, humble Vierge de Nazarethdu Prêtre Éternel,
et se consacra totalement comme servante du Seigneur à la personne et à l’oeuvre de son Fils. Attentive
au souffle de l’Esprit, fidèle à garder la parole en son Coeur, elle suivit et servit le Christ en tous ses mystère.
# 14

Marie est la Vierge su coeur pur, obéissante et pauvre, modèle de vie consacrée. # 10

Pour Marie, la virginité est consécration amoureuse et totale de sa personne à Dieu et engagement sans réserve à son oeuvre de salut. # 17

Marie est au premier rang de ces pauvres du Seigneur qui, pleins de confiance, attendent de Lui le salut.
# 24

Marie, l’humble Vierge de Nazareth, dans la foi et l’obéissance, se consacra totalement comme servante
du Seigneur à la volonté salvatrice du Père. # 29

Les Servantes de Jésus-Marie entrant plus avant dans le Coeur de Marie, pénètrent jusqu’aux profondeurs du Coeur de Jésus
où elles puisent avec joie l’esprit de leur vocation, le don de l’oraison constante et de la louange perpétuelle. # 34

 

Notre cher Père Fondateur a aussi un message à nous transmettre, ce soir. Nous y prêtons l’oreille et savourons cette parole, adressée à nous par ce grand amant de notre Mère du ciel. Nous nous en émerveillons!

« Mes bien chères filles, Jésus vous appelle à partager sa vie. Jésus vous a retirées du monde, il vous a
mises dans cette petite communauté, il vous a dit : Ma fille, je t’appelle à partager ma vie; je veux naître
en toi comme je suis né en Marie; je veux vivre en toi comme j’ai vécu en Marie; je veux que ta vie devienne tellement conforme à la mienne que tu puisses dire un jour « Ce n’est plus moi qui vis,
c’est Jésus qui vit en moi ».
Je te choisie pour être mon épouse. Or, tu sais que l’épouse doit partager
l’état de son époux; elle doit partager ses joies et ses peines, sa pauvreté et ses souffrances.
LE VEUX-TU?
RÉPONDS MOI?
QUE FERAS-TU POUR MOI?

Mes bien chères filles, ouvrez bien larges les portes de votre coeur afin que le Roi de gloire puisse y faire son entrée. (Avent) »

SI TU ENTENDS SA VOIX EN TON COEUR… OU TOUT SIMPLEMENT SI TU LE CHERCHES, VIENS, ET REGARDE CES PAGES

 

Un cantique marial clôt admirablement bien cette dernière célébration de l’Avent :

« Vierge sainte
Dieu t’a choisie depuis toute éternité;
Pour nous donner son Fils bien-aimé,
Pleines de joie, nous t’acclamons!
Ave, Ave, Ave Maria! » ( V 136)

 

LA NUIT DE NOËL

L’Eucharistie de la Nuit de Noël est célébrée avec grande solennité à 20h. Aussitôt terminée,selon notre tradition, les Bergères S.J.M. se rassemblent au pied de la Crèche, à la salle communautaire. Dans un profond recueillement, nous chantons :Crèche de Noël

« O Roi de la nature, nous tombons à genoux, devant
la crèche obscure, où vous naissez pour nous! »

Avec émotion, nous recevons de Marie, par l’intermédiaire
de notre Mère servante générale,
la bénédiction de l’Enfant-Dieu,
selon la formule laissée par notre cher Père Fondateur :

« Que le Cœur eucharistique de Jésus,
par les sept douleurs et les sept allégresses
de la Vierge Mère,
augmente en tous les prêtres et en nous,
les sept dons du St-Esprit;
qu’Il vous bénisse au Nom du Père, du Fils
et du St-Esprit. »

Et notre Bergère ajoute : et vous garde en sa bienveillance! 

QUE L’EMMANUEL-DIEU-AVEC-NOUS, VOUS COMBLE DE SON AMOUR, DE SA PAIX
ET DE L’ESPÉRANCE QUE SA PRÉSENCE NOUS DONNE.

 

EN CETTE ANNÉE SPÉCIALE, MERCI DE PRIER AVEC NOUS,
POUR NOUS ET POUR LES VOCATIONS.