7 Octobre 2014 – Fête de Marie Autorité

« Je te salue Marie, ô fille aimée du Père, garde-nous près de Dieu, garde-nous en tout lieu. »

La mémoire de Notre-Dame-du-Rosaire ramène ce jour de grâce pour le don de l’Autorité. La coutume de fêter la Bergère de notre Congrégation a jailli du coeur plein de foi, d’espérance et d’amour de notre cher Père Fondateur. N’est-elle pas cette année une magnifique préparation à l’Année de la vie consacrée qui s’ouvrira le 30 novembre prochain?

Comme il convient, la célébration eucharistique ouvre ce jour festif. Toutes les fonctions à la chapelle sont dignement remplies par les Responsables.
À 10 h. 15, nous nous réunissons à la salle communautaire. Le magnifique chant de Robert Lebel en fait l’ouverture : « Je veux faire de ma vie, un chant joyeux, un chant d’amour! »
Soeur Louisette Raymond, première assistante générale, traduit avec émotion les sentiments de nos cœurs :
« Cette célébration nous est une merveilleuse occasion de vous exprimer, chère Mère, notre plus vive gratitude, notre sincère affection, ainsi que notre bonheur d’être de petites Servantes de Jésus-Marie. »
« Cette fête nous invite aussi à une relecture des passages du Seigneur dans notre quotidien à travers lesquels vous n’avez cessé de stimuler notre confiance. Votre inlassable dévouement nous édifie grandement, et disons-le, nous inquiète aussi parfois. »

Concernant notre projet d’avenir, combien d’étapes ont été franchies, grâce à votre courage et votre ténacité. Dans une inlassable recherche de la volonté de Dieu sur notre bien-aimée Congrégation, nous avons pu apprécier votre sagesse et votre prudence. N’est-ce pas l’espérance qui a coloré cette dernière année. Et maintenant, à l’heure de Dieu, « nous serons prêtes à ouvrir nos ailes pour nous envoler, peu importe où Dieu nous appellera. »
Soeur Louisette ne manque pas de souligner aussi avec quelle sollicitude notre Mère entoure nos soeurs, visitées par la maladie! Comme le Bon Pasteur, elle prend soin de chacune avec compréhension et affectueuse tendresse.

La réponse de Mère Marie-du-Bon-Pasteur ne tarde pas. Elle remercie d’abord Marie pour son soutien, son amour et sa présence, particulièrement en cette étape mouvementée de notre histoire S.J.M. Elle remercie également ses précieuses collaboratrices, ainsi que chacune pour son soutien et sa prière.
Avec le synode sur la famille qui vient de débuter et en cette année centenaire de Saint Joseph, Gardien du Pain de Vie, elle s’inspire de la noble figure de l’Époux de Marie. Il a pris soin du Fils et de la Mère. Demandons-lui son amour pour Jésus, afin qu’Il soit de plus en plus l’unique Centre de nos vies.
À 15 h. la fête se poursuit à l’Infirmerie. C’est une première; ceci afin de favoriser nos bien-aimées soeurs malades. Elles expriment leur amour filial et leur gratitude à l’Autorité par un monologue composé par l’une d’elles : « Ce que disent les fleurs. » C’était charmant!
Nous revenons à la salle communautaire. La journée se poursuit dans un bel esprit joyeux et fraternel.
À 18 h 45, nous chantons : « Je te salue Marie » du Père Paul Arsenault. « Ô douce et tendre Mère… Garde-nous sur ton Coeur Garde-nous tes faveurs. »
Cette journée se clôt par une séance intitulée : « Le travailleur de nuit. » Le message qui nous est transmis est interpellant. Il nous rappelle l’importance de notre ministère d’adoration nocturne et de notre présence d’intercession au pied de Jésus-Hostie, par Marie. Nos actrices se sont surpassées et nous les en félicitons.
Enfin, nous nous recueillons pour recevoir, par notre chère Mère Marie-du-Bon-Pasteur, la maternelle bénédiction de Marie-Autorité.
Ainsi se termine cette fête du 7 octobre, répétée tous les ans et pourtant toujours nouvelle et porteuse de fruits savoureux.

« Je veux faire de ma vie un chant pour Dieu, une réponse d’amour. »