HOMMAGE À NOTRE AMI ET BIENFAITEUR MGR ANDRÉ DROUIN

C’est un doux devoir pour nous les servantes de Jésus-Marie de rendre témoignage à notre bon ami et grand bienfaiteur Monseigneur André Drouin.

Les liens d’amitié avec Monseigneur se sont tissés particulièrement au cours de l’An 2000. En l’Année jubilaire, nous lui avions demandé une conférence sur l’Eucharistie. À cette occasion, il s’était révélé à nous comme un homme de prière, un grand amant de l’Eucharistie. Il nous affirma qu’après 43 ans de sacerdoce, il ne s’était jamais habitué à célébrer l’Eucharistie. Plus encore que ses paroles, son témoignage fut des plus éloquents.

C’est avec joie que nous l’avons revu souvent à l’autel, soit pour célébrer lors des congés de notre Père Aumônier ou concélébrer avec lui lors de nos eucharisties dominicales. Au cours de ses homélies, il savait bien capter son auditoire. Nous n’oublierons pas le tablier de sa mère qu’il apportait pour nous rappeler que Jésus avait noué le tablier pour laver les pieds de ses disciples.

Il aimait venir partager avec ses petites soeurs Servantes les souvenirs de ses nombreux voyages. Avec quelle ferveur, il nous a raconté les béatifications du Père Jerzy Popieluszko, le 6 juin 2010, et de Jean Paul II, le 1er mai 2011, ainsi que la canonisation du Frère André, le 17 octobre 2010 auxquelles il avait assisté. Ses échanges étaient toujours agrémentés d’une série de photos grandement intéressantes. Monseigneur nous a fait don de très beaux volumes imagés sur la Terre sainte, le Vatican, ou de paysages. Lors de l’une de ses dernières visites, il nous apporta une magnifique verrière de Jésus Bon Pasteur, portant sa petite brebis dans ses bras.

Il l’a sûrement contemplée souvent dans son apostolat auprès des plus délaissés, ceux et celles qui avaient besoin de soins spéciaux. Cette verrière nous restera comme un touchant souvenir du grand détachement de Monseigneur, car nous savons qu’elle lui était très chère.

Si Monseigneur s’est rendu en Pologne pour la béatification du Père Popieluszko, c’est que ce prêtre martyr parlait très fort à son coeur. Avant de partir en vacances en juillet 2010,
il demanda une faveur à notre Mère-servante générale : celle d’écrire en Pologne pour demander une relique de première classe du Bienheureux. La demande est partie le 11 juillet; puis c’est avec peine que nous avons appris sa maladie. Délicatesse du Père Popielusko, la relique nous est parvenue le jour même de son opération. Lorsque Soeur Louisette est allée lui porter, il a paru très ému et a remercié la communauté pour les prières faites à ses intentions. Les soeurs n’ont pas vu la relique, car nous désirions qu’il soit le premier à la voir, espérant qu’après son rétablissement, il viendrait lui-même nous la montrer.

Nous ne doutons pas que le Bienheureux Jerzy Popieluszko l’ait accompagné pour faire le grand passage de la terre aux cieux. Le Bon Pasteur a sûrement serré sur son Coeur son bon petit berger. Combien de brebis, qui furent l’objet de son dévouement sacerdotal, l’attendent au Paradis de Dieu pour le remercier et se réjouir avec lui.

Cher Monseigneur, nous garderons de vous le souvenir d’un prêtre tout livré à Jésus et aux âmes. Un prêtre heureux et combien généreux!

Adieu Monseigneur! Au revoir! Vous allez nous manquer!

Les Servantes de Jésus-Marie

LE 12 DÉCEMBRE 2011

Ce soir-là, Mgr Drouin passa la récréation avec nous. Il nous partagea le vécu de sa dernière intervention chirurgicale, mettant l’accent sur les événements orchestrés par la Providence. Elle était grande sa confiance de recouvrer la santé et son espérance de revenir concélébrer avec notre Père Aumônier, et de reprendre du ministère.

DÉTACHEMENTS DES DERNIERS MOIS

Tout au cours de l’année 2011, Monseigneur se faisait un plaisir de nous apporter de splendides albums de Voyage,comme nous l’avons déjà mentionné dans notre « hommage »; il continua ainsi à se détacher progressivement :

Ce fût :
– une couverture en bronze ciselée pour Bible/lectionnaire,
– un calice en or rose
– un encensoir, oeuvre d’art réalisée dans une pierre creuse.

Mgr Drouin aimait les belles choses avec un penchant marqué pour le style orthodoxe. On se souvient de l’étole qu’il aimait porter lorsqu’il venait célébrer ou concélébrer le dimanche. Pour lui qui était si simple, rien n’était trop beau lorsqu’il s’agissait de l’Eucharistie.

SON DERNIER DÉSIR

Après avoir publié le bouquin « Tout commence par la tendresse », où il relatait son expérience d’accompagnement auprès de plus d’une centaine de Sidéens, Mgr nous parlait souvent de son désir d’en publier un second. Saisi par l’humilité profonde de Son Maître et Seigneur, il choisit le titre choc :

BOIRE AU GOBELET D’UNE «PUTE»

Profitant des bons moments libres que lui a procurés sa dernière convalescence, il a rassemblé toutes ses énergies afin de réaliser ce dernier désir.
Le 19 avril 2012, il nous faisait parvenir le cadeau de deux exemplaires;
il avait souhaité venir nous les porter lui-même mais ses forces déclinaient rapidement. Sa dédicace, tout comme le contenu de son nouveau bouquin, nous révèle son grand coeur de pasteur à l’imitation de
Jésus le Bon Pasteur.

« Servir : mot qui résume toute la vie de Jésus et du disciple! ».

C’est une série de confidences qui nous aident à mieux le connaître et l’apprécier.

Aux funérailles de Mgr André Drouin à la Cathédrale d’Ottawa, dans son homélie Mgr Gilles Cazabon nous livre un touchant témoignage. Avec son consentement, nous en publions le texte, en document PDF

Le 23 septembre 2011, un mois après sa dernière opération chirurgicale, lors d’un banquet offert, Mgr André Drouin reçu le titre d’« Ancien de l’Année » par l’Université Saint Paul d’Ottawa.

Nous pensons ainsi faire plaisir à ses nombreux amis.

CHER MGR ANDRÉ DROUIN, NOTRE MÉMOIRE COMMUNAUTAIRE VOUS GARDERA UNE VIVE RECONNAISSANCE POUR TOUT CE QUE VOUS AVEZ FAIT POUR NOUS.