Marie et les Apôtres au Cénacle
VIENS, ESPRIT-SAINT, EN NOS COEURS

Viens, Esprit-Saint, en nos coeurs,
et envoie du haut du ciel
un rayon de ta lumière.

Viens en nous, père des pauvres.
Viens, dispensateur des dons.
Viens, lumière en nos coeurs.

Consolateur souverain,
hôte très doux de nos âmes,
adoucissante fraîcheur.

Dans le labeur, le repos;
dans la fièvre, la fraîcheur;
dans les pleurs, le réconfort.

O lumière bienheureuse,
viens remplir jusqu’à l’intime
le coeur de tous tes fidèles.

  Sans ta puissance divine,
il n’est rien en aucun homme,
rien qui ne soit perverti.

Lave ce qui est souillé,
baigne ce qui est aride,
guéris ce qui est blessé.

Assouplis ce qui est raide,
réchauffe ce qui est froid,
rends droit ce qui est faussé.

A tous ceux qui ont la foi
et qui en toi se confient,
donne tes sept dons sacrés.

Donne mérite et vertu
donne le salut final
donne la joie éternelle.
Amen.



MÉDITATION SUR LE VENI SANCTE SPIRITUS
par l'Abbé Alexis-Louis Mangin, Fondateur des Servantes de Jésus-Marie
15 Mai 1910

« Venez, vous qui êtes le Père des pauvres, venez, vous qui donnez les dons célestes, venez, lumière de nos cœurs ».
Le Saint-Esprit donne abondamment ses dons aujourd'hui; il les donne en tout temps, tous les jours, mais en cet anniversaire de la Pentecôte, il les donne avec plus d'abondance, plus de largesse, il nous demande de nous montrer ce que nous sommes pour lui et il nous montrera ce qu'il est pour nous.
Il se nomme le Père des pauvres, celui qui donne avec abondance et largesse; c'est Jésus présent sur l'autel qui nous l'a envoyé. Dieu nous a envoyé son Fils pour nous enseigner et nous donner ses exemples. Après avoir donné sa vie pour nous et être ressuscité, Jésus dit à ses apôtres qui voulaient le retenir : « Il faut que je remonte près de mon Père, mais je ne vous laisserai pas orphelins ; je vous enverrai un autre Consolateur, je vous enverrai l’Esprit-Saint, et tout ce que vous avez entendu de ma bouche il vous le fera comprendre… ».
Tous ces exemples que je vous ai donnés et dont vous n'avez pas saisi la portée, c'est lui qui vous les expliquera. Celui qui vient nous fera donc comprendre Jésus-Christ et ses enseignements et nous portera à l'imitation de ses exemples.

Et par quel moyen vient-il en chacun de nous? Par le même moyen que Jésus nous est venu : par Marie. De même que Notre-Seigneur a mis entre les mains de sa sainte Mère toutes ses grâces, de même l'Esprit-Saint met ses trésors entre les mains de sa sainte Épouse. Oh! bénissons Notre-Seigneur Jésus-Christ, bénissons le Saint-Esprit de nous avoir donné d'une façon si particulière, Marie pour notre Mère. Que d'actions de grâces nous avons à rendre pour cela. Remercions Notre-Seigneur Jésus-Christ, remercions le Saint-Esprit, remercions notre bonne Mère de vouloir disposer si largement en notre faveur des dons de l'Esprit-Saint.

« Venez, Père des Pauvres, venez, donneur des biens célestes, venez, lumière des cœurs ». Voilà ce que nous devons chanter aujourd’hui. – Le Père des pauvres – Est-ce que nous savons que nous sommes pauvres? Est-ce qu’il n’arrive pas que nous disons : je suis riche, j’ai toutes choses en abondance, je ne manque de rien? Et si nous ne le disons pas, est-ce que notre conduite ne le dit pas? Est-ce que nous ne conduisons pas comme des riches? Et pourtant nous sommes pauvres. Voyons de quelles richesses nous pouvons nous vanter; je sais bien que ce ne sont pas des richesses du monde, mais si nous regardons les biens de l’âme… Ah! que nous sommes pauvres, plus pauvres que le dernier des mendiants. Qu’est-ce que c’est que nous avons fait? Qu’est-ce que nous avons à présenter? Est-ce notre humilité? Et jusqu’où descend-elle? Est-ce notre patience? On en a bien vite trouvé les limites. Est-ce notre charité? Voyons en particulier notre charité, et quand nous aurons constaté notre pauvreté en fait de charité nous pourrons la constater en tout le reste.

Notre charité envers Dieu, envers le prochain! Quelles sont donc les richesses que nous possédons en cette vertu? Nous aimons Dieu? Oui, nous pouvons le dire car nous voulons l'aimer et nous voudrions avoir un grand amour. Mais est-ce que je suis riche en amour de Dieu? Est-ce que je veux aimer Dieu par-dessus toutes choses? Si nous l'aimons, l'aimons-nous beaucoup? Jusqu'où l'aimons-nous? Est-ce que nous pouvons boire le calice de Notre-Seigneur comme il le demandait aux fils de Zébédé? Est-ce que nous aimons Notre-Seigneur jusqu'à partager ses humiliations et ses souffrances de toutes sortes? Est-ce qu'au contraire, pratiquement, parce que nous faisons tous les jours, est-ce que notre amour n'a pas des limites très vite atteintes? Mon Dieu, je vous aime de tout mon coeur, mais à condition que vous ne m'éprouviez pas trop...à condition que vous ne me mettiez pas telle croix sur les épaules; à part cela je vous aime... Voilà ce qu'est notre amour de Dieu.

Notre charité envers Dieu, envers le prochain! Quelles sont donc les richesses que nous possédons en cette vertu? Nous aimons Dieu? Oui, nous pouvons le dire car nous voulons l'aimer et nous voudrions avoir un grand amour. Mais est-ce que je suis riche en amour de Dieu? Est-ce que je veux aimer Dieu par-dessus toutes choses? Si nous l'aimons, l'aimons-nous beaucoup? Jusqu'où l'aimons-nous? Est-ce que nous pouvons boire le calice de Notre-Seigneur comme il le demandait aux fils de Zébédé? Est-ce que nous aimons Notre-Seigneur jusqu'à partager ses humiliations et ses souffrances de toutes sortes? Est-ce qu'au contraire, pratiquement, parce que nous faisons tous les jours, est-ce que notre amour n'a pas des limites très vite atteintes? Mon Dieu, je vous aime de tout mon coeur, mais à condition que vous ne m'éprouviez pas trop...à condition que vous ne me mettiez pas telle croix sur les épaules; à part cela je vous aime... Voilà ce qu'est notre amour de Dieu. Vous êtes le Père des pauvres et vous êtes Celui qui donne abondamment, alors, Ô Esprit Saint, je recours à vous, vous voyez ma pauvreté et ma misère, il n'y a pas de pauvres sur terre plus dénués que moi, et le plus triste est que, si je suis pauvre, c'est ma faute, cette pauvreté est volontaire. Est-ce que je n'ai pas dissipé, comme l'enfant prodigue, tous mes biens, tout le patrimoine que Dieu m'a donné? Si je suis privé de cette céleste richesse, c'est ma faute. Eh bien! ayez pitié de moi. Ô Esprit Saint, Père des pauvres. Celui qui vous résiste, celui qui ne veut pas reconnaître sa pauvreté, celui qui se vante de ce qu'il croit être sa richesse, ah! celui-là vous le méprisez. Mais voyez-nous à vos pieds, nous reconnaissons que nous n'avons rien, que sans vous nous ne pouvons rien faire, nous avouons que c'est notre faute si nous sommes dans cet état; nous avouons que ces occasions où nous aurions pu acquérir quelque richesse de charité nous n'en avons pas fait assez de cas. Ô Esprit Saint, nous voilà à vos pieds, nous sommes comme le pauvre qui mendie les miettes de la table. Oh! Esprit Saint, nous mourons de faim par notre égoïsme, par notre orgueil. Eh! bien, ayez pitié de nous, donnez-nous vos dons pour que nous devenions humbles.

Vous êtes la « Lumière des cœurs ». Venez donc, Lumière des coeurs, éclairez notre entendement; apprenez-nous à juger des choses comme vous les voyez, comme vous les connaissez, à mépriser ce qui est méprisable. Si nous sommes pauvres ce n'est pas que nous passions notre temps à rien faire, mais c'est que nous l'employons mal, c'est que nous ne cherchons pas ce qui est la vraie richesse, c'est que notre aveuglement est tellement grand que nous ne savons pas distinguer ce qui est la vraie richesse. Ô Esprit Saint, apprenez-nous à ne pas rechercher nos satisfactions, la sensibilité dans la piété, la consolation, mais à faire la volonté de Dieu. Donnez-nous ces véritables lumières qui nous feront toujours nous diriger vers Dieu et aller à lui avec confiance, même dans les épreuves quand il semble nous abandonner; donnez-nous cette lumière vive qui nous fera croire une fois pour toutes que jamais Dieu n'abandonne ses enfants et ne leur tourne le dos, et que dans quelque épreuve que nous soyons, nous savons que ce n'est pas Lui qui nous abandonne.

Et pour ce qui est de la charité envers le prochain, ô Esprit Saint, éclairez notre esprit qui est si étrangement troublé sous ce rapport; car enfin, pouvons-nous dire que c'est aimer notre prochain que d'aimer ceux qui nous aiment, ceux qui nous plaisent? Alors, où est donc notre amour? Montrez-nous donc ce que c'est que d'aimer le prochain et de posséder la véritable richesse dans la charité en aimant davantage ceux qui nous plaisent moins, ceux qui nous ennuient, ceux de qui nous avons à souffrir; et de leur montrer plus de bienveillance qu'aux autres. Oh! rendez-nous avides de cette richesse; que nous désirions de tout notre coeur non pas d'être flattés, mais à être oubliés, méprisés, foulés aux pieds de tout le monde.

Alors quelle richesse nous aurons là quand nous aurons compris que Jésus n'a pas recherché sur terre d'autres richesses que celle-là; Jésus-Christ est descendu sur la terre, non pas pour être honoré et aimé de tout le monde, mais pour être humilié et foulé aux pieds. Il a commencé par naître dans une étable, il a vécu dans la pauvreté, l'humilité la plus parfaite, il a voulu vivre au milieu des pécheurs. Il a accepté de son Père d'être traité comme un pécheur; voilà ce qu'il a accepté pour nous, il a accepté de mourir sans consolation au milieu des criminels et des voleurs. Voilà ce que l'Esprit Saint qui a reposé sur Jésus lui a fait pratiquer, voilà la vraie lumière que nous devons lui demander par Marie.

Ô Esprit Saint, voyez comme nous sommes pauvres, éclairez-nous; nous mettons notre confiance en vous, et par l'intercession de Marie notre bonne Mère, éclairez notre intelligence, faites-nous voir notre pauvreté; faites-nous la regretter, et montrez-nous que nous ne devons pas chercher les honneurs mais chercher les occasions d’humilité.. Alors si nous possédons cette véritable richesse, nous la répandrons sur les autres, nous répandrons cette charité au lieu de répandre l'égoïsme, nous répandrons la douceur, la véritable charité; et c'est vous, Esprit Saint, qui serez notre guide, notre conducteur. Vous nous conduirez par Marie, votre Épouse, notre bonne Mère; et nous avons confiance, Esprit-Saint, que nous obtiendrons vos dons puissants puisqu'il nous est dit de les demander par elle.



ENSEIGNEMENT sur les DONS du SAINT-ESPRIT

NEUVAINE PRÉPARATOIRE à la PENTECÔTE

Les DONS avec le Pape François et Alexis-Louis Mangin, Prêtre Fondateur

© Servantes de Jésus-Marie